Il y a longtemps, en amateur, j’ai fait de la photo animalière. De ce rapport à la nature, J’ai gardé des souvenirs intenses et quelques images. Puis je suis passé à autres choses.

Et c’est dans les couloirs du métro que j’ai eu une bouffée de rappels de ces purs moments de vie. J’ai vu les affiches de l’exposition d’AHAE : des chevreuils dans les herbes, un oiseau happant au vol un insecte, des arbres, des saisons, de la nature s’incrustaient sur les parois blafardes des tunnels.

Cervidés coréen genre chevreuil

AHAE, photographe sud-coréen, a, pendant 4 ans, pris 2,6 millions de clichés depuis la fenêtre de son studio isolé. Il s’est abreuvé de nature et, sans prétention,  avec simplicité, il a su en capter des moments fugaces et uniques. Il a su cadrer, faire la mise au point pour des images à la fois réalistes et oniriques.

96741_1340108381_hs540_623x187

Ce sont des images qui parlent d’autant plus qu’elles ne sont pas faite à l’autre avec des espèces rares. Car bien que ce soit en Corée, la nature y est sensiblement la même que chez nous, avec des cervidés, des pies, des hérons, des passereaux, etc. Des animaux qui sont là, autour de nous, et que l’on ne voit même plus. Il nous fait redécouvrir notre nature.

70.3x46.8 Fine Art

Alors pour ceux qui sont en région parisienne, allez voir son expo à l’Orangerie du château de Versailles jusqu’au 9 septembre, c’est un vrai bol d’air. Sinon, allez voir ses photographies sur son site : www.ahae.com.

Yvon LUNEAU

Laisser un commentaire